mardi, 02 juillet 2019 17:18

Comment lancer son site e-commerce

Investissez financièrement

Je vois encore trop d’e-commerçants qui souhaitent faire des économies sur tout et ne veulent donc pas investir, même pas 30$ pour créer un logo professionnel, ou 70$ pour avoir un thème plus ergonomique par exemple.

Vouloir toucher à tout, cela vous permet d’apprendre beaucoup, de monter en compétences et de faire des économies.

Mais vous ne pouvez pas maîtriser toutes les compétences nécessaires au e-commerce seul.

Vous devez déléguer!

Je vous entends déjà dire : “Je n’ai pas d’argent ? Comment puis-je déléguer ?!”

Je ne parle pas d’investir des milliers de dollars mais au moins quelques centaines d’euros pour le lancement.

Par la suite, une fois le site lancé, il ne faut pas hésiter à faire de même pour développer le trafic du site (sans trafic il n’y a pas de vente – aussi beau que puisse être votre site). Investir un petit budget dans la publicité Facebook, lancer des jeux concours, faire tester ses produits auprès de blogueurs qui en échange vous feront des articles qui se transformeront en chiffre d’affaires.

Si vous n’investissez pas un minimum d’argent sur votre site il ne se passera rien !

Aucune vente.

Personne ne connaît votre site.

Google ne vous connaît pas. Il ne vous a pas référencé.

Vous êtes donc invisible!

Je ne dis pas que sans argent vous ne pouvez pas réussir mais ça sera beaucoup plus compliqué !

L’e-commerce c’est dur! Lorsqu’une boutique physique ouvre, si elle est bien placée elle aura du trafic naturel (les passants dans la rue) dès le 1er jour. Alors que votre site e-commerce n’aura que très peu de visiteurs le ou les 1ers jours.

Quand 40-50% des visiteurs d’une boutique physique achètent, le ecommercant lui vend seulement à 1 ou 2% de ses visiteurs, c’est ce qu’on appelle le taux de transformation ou taux de conversion e-commerce.

Vous comprenez qu’investir au lancement du site et encore plus après, au quotidien, pour avoir du trafic doit donc être une priorité pour vous.

Investissez en temps 

Lorsque vous vous lancez, je vous conseille de vous lancer à côté de votre emploi salarié, car vous pouvez attendre des mois et des mois voire même des années avant d’avoir un chiffre d’affaires convenable qui va vous permettre de vous payer.

Mais vous devez vous astreindre à travailler tous les jours un certain nombre d’heures. Disons 2 heures par jour la semaine et 4 heures par jour le week-end soit un total de 18 heures par semaine. Je pense que c’est un minimum pour développer un site e-commerce soit un emploi à mi-temps.

Alors oui, vous allez travailler plus de 53 heures en totalité avec votre emploi salarié. Mais honnêtement lorsque je travaille sur mes sites, je ne le ressens pas comme une contrainte, c’est une passion. Cela va vous demander de l’organisation pour concilier vie professionnelle, enfant(s), amis, famille, mais c’est faisable. Vous allez sans doute voir moins vos amis, moins sortir mais il faut savoir connaître ses priorités. C’est ce que je vous conseille de faire pour ne pas vous éparpiller car vous avez peu de temps, il faut donc être productif. Faites des to do list. Faites tâche après tâche et barrez les tâches une fois celle-ci effectuées.

Si vous pensez que vous allez lancer un site e-commerce sans argent et surtout sans huile de coude passez votre chemin, vous allez devoir vous “bagarrer” pour obtenir chaque commande.

Rendez votre site professionnel

Votre  site doit inspirer confiance. Il doit rassurer le client. Le e-commerce s’est professionnalisé depuis bien longtemps. Le client est mature et on ne peut plus faire de la vente en ligne à la légère. Les internautes achètent sur Amazon car ils savent qu’ils n’auront aucun problème avec leur commande, et que même en cas de problème ils pourront retourner le produit gratuitement.

Inspirez-vous des gros sites pour créer votre site e-commerce. Vous devez poser sur papier les fonctionnalités que vous désirez retrouver sur votre site, l’hébergeur que vous souhaitez, le design…

C’est ce qu’on appelle le cahier des charges.

Voici quelques éléments indispensables pour rendre votre site professionnel :

- Afficher votre numéro de téléphone bien visible en haut

- Afficher les logos de carte bleue en pied de page

- Avoir une page contact, mentions légales, CGV

- Créer une page “Qui sommes nous ?”

- Créer des FAQ

- Evitez les fautes d’orthographes

- Créer un guide des tailles

- Avoir une page livraison bien détaillée affichant les délais de livraison, les transporteurs utilisés ainsi que le coût

- Changer les bannières régulièrement

- Catégoriser efficacement et permettre la recherche des produits facilement – le visiteur doit pouvoir trouver ce qu’il recherche

- Utiliser un moteur de recherche interne plus poussé que celui de base de votre site

- Utiliser des visuels de qualité montrant le produit sous toutes ses coutures

- Utiliser de la vidéo pour présenter vos produits

- Afficher que le produit est en stock sur la fiche produit ainsi que la date de livraison estimée

- Faire des descriptions qui expliquent les bénéfices du produit et non ses caractéristiques

- Simplifier la création de compte ou autoriser les commandes invitées

En plus de rassurer le visiteur, vous devez lui faciliter la vie, le visiteur est volatile. S’il doit chercher l’information, il finira par partir et s’il n’est pas assez rassuré il n’achètera pas chez vous.

Réalisez une étude de marché

Afin de valider votre concept, il est indispensable de s’appuyer sur une étude de marché complète. La meilleure idée du monde n’est viable que s’il existe une demande. Les boutiques en ligne ont la chance d’avoir une zone de chalandise nationale voire internationale contrairement aux boutiques physiques. Mais il serait trop réducteur de penser que votre boutique pourra toucher l’intégralité du marché du web. En effet, de la même manière qu’un commerce n’est visible que par les gens qui passent devant, un site internet n’est visible que pour les utilisateurs effectuant une recherche sur Google où vous apparaissez dans les résultats de recherche. C’est pour cela que votre étude de marché doit porter sur deux aspects. Le premier est une étude macroéconomique de votre environnement. Renseignez-vous sur vos concurrents, vos fournisseurs et sur le marché global des sites de e-commerce. Cela vous permettra d’identifier des niches sur lesquels vous positionner afin de ressortir rapidement sur les moteurs de recherches et les fournisseurs ou prestataires avec qui vous pourrez travailler (la poste pour vos colis, paypal pour vos solutions de paiement en ligne, etc.).
Le second est l’étude de terrain. Contrairement à une création classique, ici le terrain est le web. Vous devez chercher à comprendre les habitudes de consommation et les besoins de vos clients potentiels.

Cela vous permettra d’adapter votre offre de service à leurs attentes en matière de soins et bien-être. Les informations à collecter dans le cadre de votre questionnaire sont les suivantes :

 

- Profil des clients (âge, activité professionnelle)

- habitudes de consommation (horaires, budget, besoins, supports, etc.)

- Leur niveau de satisfaction

Votre nom de domaine et créer votre site marchand

Pour un site marchand le choix du nom de domaine équivaut au nom de votre boutique. Vous devez choisir quelque chose de percutant et qui sera facile à retenir. Attention, sur internet de nombreux noms de domaine sont déjà pris, n’hésitez pas à faire preuve d’originalité dans l’écriture et le format de votre nom.

Qui dit nom de domaine dit hébergement, c’est le pendant du local pour une boutique traditionnel. Un bon hébergement est crucial car il permet d’assurer une bonne performance de votre site internet et une fiabilité d’utilisation. Vous devez maintenant développer votre site marchand (ou sous-traiter ce développement à une agence web).

Ayez une vraie stratégie à long terme

Avec la montée en puissance de la mode dropshipping + trafic Facebook, les nouveaux e-commerçants qui se lancent n’ont aucune stratégie à long terme.

La seule stratégie est de mettre en place du trafic Facebook, trouver un produit gagnant et « scaler » (augmenter la publicité) pour faire plus de chiffre d’affaires et revendre la boutique quelques mois après.

Le vrai problème de cette stratégie, que j’appelle la « stratégie du coup », c’est qu’au moindre problème sur les pubs Facebook, du jour au lendemain, le C.A. peut chuter voire se retrouver à 0.

Je ne dis pas que cette stratégie est mauvaise mais vous ne devez pas faire que ça. Vous avez de nombreux outils marketing à votre disponibilité donc autant les utiliser !

Si vous lancez un site sérieusement, celui-ci va vous demander du temps et de l’argent, on vient de le voir plus haut, et vous devez avoir une stratégie. Savoir où vous allez, quels moyens vous faut-il pour y arriver. Vous aurez alors une vision plus claire de votre site et ça sera alors plus simple de le développer.

Commencer à être débordé…

 

Après quelques mois d’activité les commandes doivent normalement affluer…

Et vous découvrirez que ce n’est pas simple de tout gérer de front…

C’est souvent un peu la panique (répondre aux appels, passer les commandes fournisseurs, envoyer les colis à la poste dans les temps…).

Mais on est vraiment heureux quand les colis viennent de partir à la poste… et que les clients vous remercient sur les réseaux sociaux !

Retenez qu’il faut être extrêmement PATIENT et PERSEVERANT, et que tout vient à point à qui sait attendre…

https://www.wizishop.fr/blog/lancer-ecommerce.html

https://www.creer-mon-business-plan.fr/actualites/ouvrir-son-entreprise-e-commerce-comment-se-lancer.html

http://www.conseilsmarketing.com/ecommerce/les-7-etapes-pour-lancer-son-site-ecommerce

 

 

 

Published in Blog
vendredi, 08 février 2019 13:00

Quelle extension choisir pour son site web

Le choix de l’extension du nom de domaine doit refléter l’activité du site; il doit aussi être effectuer en fonction du ciblage des internautes(ciblage géographique).
On ne prend pas un .cd, un .com, un .net, un .biz, un .info, un .fr, etc. pour les mêmes raisons.
Plus une marque est connue, plus son nom de domaine est convoité par les concurrents. Mais aussi, des concurrents ou des cybercriminels peuvent se servir de votre nom de domaine sous une autre extension pour vous décrédibiliser.

Le .com
C’est un nom commercial ; c’est le roi des domaines. Il a vu le jour en 1985. De par son âge, un .com génère plus de trafic et par défaut est bien positionné dans les moteurs de recherches. Lorsque que vous avez un nouveau site, même si vous commandez un nom de domaine approprié pour votre secteur d’activité, il est conseillé de prendre aussi un .com si le domaine est libre sur le .com. Si vous choisissez un .cm ou un .fr, ne laissez pas le .com car quelqu’un peut l’enregistrer et le détruire ou nuire et porter atteinte à votre réputation

Le .Net
Selon le registre du .NET, 30% des sites du secteur web utilisent une extension de nom de domaine .net pour leur domaine principal ou pour un domaine secondaire qui redirige vers le nom de domaine principal. C’est donc une extension idéale pour les sites de e-commerce et les sites de promotions d’entreprises sur internet. C’est une extension adaptée pour les personnes qui se lancent dans le web. Il est une excellente alternative lorsque le nom de domaine sur le .com n’est plus disponible. Il est la 3ème extension la plus utilisé au monde.

Le .org
C’est une extension de premier niveau crée en 1985 en même temps que le .com et le .net. C’est l’extension idéale pour mettre en valeur une idée, un savoir, des centres d’intérêts ou toutes causes à défendre. Il est privilégié pour les sites d’organisations ou d’associations, mais aujourd’hui elle est devenue généralisée.

Le .info
Cette extension est adaptée pour les sites d’information. Lancé en 2001 pour pallier à la saturation des extensions historiques (.COM, .NET, .ORG…), depuis 2004 il a connu un véritable essor. Le .Info est devenue la 6ème extension la plus utilisée dans le monde.

Le .biz
Abréviation de « business », elle a été créée en 2002 pour les entreprises, le commerce, les affaires et vise à offrir une solution aux personnes dont le nom est déjà été pris sous l’extension .COM. C’est une alternative au .com qui est une extension pratiquement saturée. Le .biz connait depuis quelques années une extension stable et se classe comme l’une des extensions les plus utilisées dans le monde

Les nouvelles extensions ( .paris, .xyz, .boutique, .online, .immo, etc.) ont fait leurs premières apparitions il y a 4 ans et seront au nombre de 2000.

Le .cd
C’est l’extension de mon cher et beau pays la République Démocratique du Congo, il est attribué par la SCPT.
Google donne de l’importance aux domaines nationaux car il considère l’espace géographique dans les résultats des recherches. Avec le temps, les données géographiques seront de plus en plus importantes dans le moteur de recherche. Même si Google donne de l’importance aux domaines nationaux, si vous avez un .cd et que votre site n’as pas de contenu ou qu’il n’est pas mis à jour régulièrement, vous ne serez pas bien positionné dans les moteurs de recherche : le contenu est la clé pour un bon référencement. Lorsque vous commandez un .cd, commandez également un .com que vous allez rediriger sur le .cd pour une meilleure visibilité à l’échelle international.

 

Source : 

 http://www.webmaster-freelance.cm/blog/referencement-web/cm-com-net-org-info-biz-quel-extension-choisir-pour-son-site-web/

 http://www.dynamique-mag.com/article/extension-site-internet.9674 

Published in Blog

Quiconque a déjà dû développer un projet sait ce qu’est une charte graphique. Que ce soit une société, une association ou une une campagne présidentielle, tous ont besoin d’une identité visuelle. Pour résumer, c’est un ensemble de règles graphiques (visuels, couleurs, typographies) qui vont permettre d’identifier un projet sur différents supports. Avec le logo comme élément de base, la charte graphique va permettre de véhiculer l’identité visuelle du projet.

C’est ainsi que la carte de visite, le papier à lettre ou le catalogue d’une marque semblent bien faire partie d’un même univers, se rapporter à la même entreprise. Un site Web a lui aussi une charte graphique. Elle va permettre de rendre l’ensemble de ses pages cohérent. Et lorsqu’il s’agit de la charte graphique d’un site Web, il convient de faire particulièrement attention à quelques points particuliers.

Une charte graphique pour un site internet sera le plus souvent une déclinaison de la charte graphique papier, adaptée aux besoins spécifiques du web. Elle sera préalable au développement du site et servira justement de guide pour les développeurs et devrait leur permettre de créer une interface belle, pratique et conviviale.

Sur la charte graphique web seront définis l’emplacement des symboles tels que le logo, les éléments graphiques, les couleurs clés, les fontes de caractère et surtout et avant tout permettre une identification rapide de la société dont l’identité graphique du web sera similaire à son identité papier.

Votre identité visuelle vous définit sur la toile, c'est le reflet de votre société sur le web. Il est donc crucial de bien choisir ce que vous voulez représenter au travers de votre site internet.
La charte graphique est donc le point de départ votre communication qui définit cette identité visuelle, lui donne du sens et l’homogénéité indispensable pour garantir la cohésion de votre communication...
L’internaute doit être conquis par l’image du professionnalisme de votre entreprise et ce dès son arrivé sur la page d’accueil ! Il doit déjà avoir une vue d’ensemble des contenus, des produits ou des services que vous proposez.

Beauté, Fonctionnalité, Simplicité : Le juste équilibre ! 

Votre site doit permettre une prise en main rapide, facile et intuitive pour le plus grand nombre d’internautes, depuis n'importe quel ordinateur ou smartphone connecté !
La navigation doit être intuitive et cohérente pour réduire au maximum le temps d'accès à l'information recherchée et la logique du parcours visuel doivent également être respectées…
Les éléments visuels graphiques doivent être harmonieux et de qualité, tandis que le choix des couleurs et les mises en pages sont soignés.

Published in Blog

On ne part pas à la guerre sans une stratégie de combat !

Très souvent, lors d’un projet de création ou de refonte d’un site Internet, nous sommes pressés par le temps. La phase de rédaction d’un cahier des charges est alors oubliée ou survolée : manque de temps et parfois de connaissances. Pourtant, cet exercice est indispensable à la réussite !

QU'EST-CE QU'UN CAHIER DES CHARGES ?

Le cahier des charges, fréquemment appelé CDC, est LE document qui va vous permettre d’expliquer votre projet dans son ensemble. Il définit clairement les objectifs, vos attentes, les contraintes et les enjeux de votre projet.  Il ne va pas vous demander de compétences techniques particulières. Il est là pour que vous puissiez décrire votre projet. Il correspond à ce qui doit être fait et reflète la vision utilisateur.

Attention : Ne pas confondre le Cahier des charges (CDC) et le Cahier des spécifications fonctionnelles et techniques, qui est un autre document qui viendra traduire le CDC en termes plus techniques et sera rédigé par votre agence web.

CE QUI SE CONÇOIT BIEN S’ÉNONCE CLAIREMENT !

Les fonctions du cahier des charges sont nombreuses :

- Permettre à celui qui développera le site de comprendre vos attentes

- Permettre de recevoir des devis précis

- Comparer les réponses reçues sur une même base

- Aider à avoir une vision claire de votre projet

 

LES 13 POINTS IMPORTANTS POUR UN BON CAHIER DES CHARGES WEB

1. Présentation de votre entreprise : cela permet au prestataire de mieux vous connaître et de comprendre les challenges et les objectifs auxquels votre projet doit répondre.

2. Contact : les différentes personnes impliquées dans le projet (email, nom et prénom, téléphone) et leur rôle.

3. Les objectifs de votre site ou de votre refonte : Quels sont les objectifs que vous cherchez à atteindre ? Si vous souhaiter refondre votre site actuel, identifier les problèmes. Parlez aussi de vos objectifs stratégiques : communiquer, informer ? Fidéliser ? Développer un espace membre ?...

4. Décrivez votre cible : Qui visite votre site ou qui visitera votre site ? Prospect, client, annonceur ? Il faut être précis car cette étape permet d’identifier ce que vos visiteurs viennent chercher sur votre site, ou ce que vous voulez qu’ils fassent facilement.

5. Si vous avez déjà un site : Faites un état des lieux de ce qu’il faut améliorer, modifier ou ajouter. Souhaitez-vous repartir de zéro ou travailler l’existant.

6. Concurrence et inspiration : Listez vos concurrents et donnez vos sources d’inspiration qu’elles soient dans votre domaine ou complétement à l’opposer. Détaillez ce que vous aimez ou n’aimez pas et pourquoi.

7. Structure & Contenu : La structure est souvent appelée arborescence, il s’agit de définir la structure du site, les pages et leur agencement. Estimez le nombre de page que va contenir votre site, leur fonctionnement, les contenus qu’elles vont contenir (vidéo, pdf, slider, blog, formulaire de contact, …)

8. Fonctionnalités : Décrivez les fonctionnalités de votre site, multilingue, responsive, moteur de recherche, analytics, newsletter …… Prenez le temps de détailler les fonctionnements particuliers de votre site afin que le prestataire ait précisément en tête ce que vous vous avez en tête. Un nombre élevé de fonctionnalité peut faire très vite     augmenter le prix, dans ce cas vous pouvez les classer par catégorie : les indispensables, celles qu’on aimerait avoir, et les plus afin d’avoir un devis à « tiroirs ».

9. Prestations attendues : Dans cette partie vous pourrez décrire ce que vous attendez du prestataire et éventuellement ce que vous réaliserez en interne. Par exemple une prestation de développement unique ou développement et design, ...

10. Cadre technique : Attentes et besoins particuliers pour le cadre technique du futur site ? Langage de développement ? Développement personnalisé ? Utiliser Worpdress, Drupal, ou un autre Content Management System (CMS) ? Le site doit-il être optimisé pour la lecture sur mobile et tablette ? Sécurité ? Accessibilité aux personnes atteinte d’un handicap ?

11. Hébergement et sécurité : Qui va héberger votre site ? Le nom de domaine ? Y aura-t-il des adresses mail associées ? Votre site a-t-il besoin de norme de sécurité précise ?

12. Budget et planning : Le budget fait souvent grincer des dents et n’est pas indiqué mais annoncer votre budget va permettre au prestataire de voir ce qu’il est possible de faire dans votre fourchette de budget. Dites à quel moment vous souhaitez que votre projet soit en ligne, quels seront les étapes de validation, qui valide quoi et quand ? …. Le planning va permettre au prestataire de définir si le projet est réalisable dans le temps donné.

13. Format de la réponse attendue par le prestataire : Précisez vos attentes quant à la réponse. Date limite ? Contexte (appel d’offre) ? La personne à contacter ?

Source : colloquium-group.com

Published in Blog

Besoin d'aide?

+(243) 848 400 001 / +(243) 818 400 001
Nous écrire
Chat online